Paroisse Saint Paul du Rhône
Paroisse Saint Paul du Rhône


[ Thêmes abordés ]
Cliousclat
 


Généralités historiques :

- Cliousclat a été brûlé à la fin du Moyen-Age.
- Du 15ème à 1789, c’est une seigneurie épiscopale.
- La gestion communale est démocratique.

Paru dans la presse :

L’Express du 04/07/2002
Cliousclat (Drôme) : Terre des lettres

par Marie Huret

Un petit mot, scotché sur une vieille porte en noyer, met le visiteur au parfum : « Ne sonnez pas, bébé dort. » En cette fin d’après-midi, n’allez pas non plus carillonner chez les voisins. Ni chez les voisins des voisins. Quand le soleil tape sur les vieilles pierres de Cliousclat - dites Cliou - les adultes aussi, font la sieste. Et les rayons flirtent avec la plus belle fille du village : la poterie. Pichets, bols émaillés et saladiers d’argile exhibent leurs jolies formes à la sortie de la fabrique. Une rangée d’assiettes sèchent au grand air. Qu’il est doux de naître au pays des potiers...

Cliousclat la discrète,
perchée sur les coteaux drômois,
a érigé le travail de la terre en art de vivre

Planquée à l’ombre de Mirmande, sa rivale de toujours, Cliousclat la discrète, perchée sur les coteaux drômois, a érigé le travail de la terre en art de vivre. Toute la journée, on pétrit, on affine, on cuit. Et cela dure depuis quatre siècles. Le soir, quand le four à bois s’arrête, l’apéro et la pétanque attirent les Cliousclatiens bon teint. Quel régal quand Fabrice Lucchini, fidèle résident du village depuis trente ans, fait claquer ce mot-là, Cliousclatien... Mais n’est pas fils de Cliou qui veut. Il y a les vrais, ceux qui sont nés les pieds dans l’argile. Et les fidèles. Le clan Privat. La famille de l’écrivain Bernard Privat, neveu de l’éditeur Grasset, a acheté plusieurs maisons. L’auteur repose désormais au petit cimetière, où le chant des cigales se mêle au parfum des tilleuls. « Au début des années 50, une vague de Parisiens et de Lyonnais, en quête d’authenticité, se sont installés, raconte Sylvette Course, maire de Cliousclat. Plus tard, ils ont amené leurs amis, peintres, chanteurs, comédiens. On a grandi parmi eux. »

C’est l’époque où les petits caramels de Mme Boissy, l’épicière, régalent autant les artistes que les minots. La bande à Florian, flanqué de ses copains Mouloudji et Béart, déambule dans les ruelles sinueuses. Mais le roi de la bringue, c’est le milliardaire David Nixon, l’oncle du président américain. « Il débarquait, des dollars plein les poches, raconte Bruno Boissy, fils de l’épicière et mémoire vivante de Cliousclat. Il déguisait les ânes, invitait l’ambassadeur des Etats-Unis. La fête durait des jours. »

Et puis l’oiseau s’est envolé. Et Cliousclat a retrouvé son calme. Aujourd’hui, le village vit au rythme de la poterie. On achète son pain et Le Dauphiné libéré - le Daubé - à la fabrique. Le dernier week-end de juin, la biennale de la poterie propose une série de conférences aux antiquaires, amateurs ou spécialistes de la terre vernissée. Au programme : terre et écriture, poterie culinaire, etc. Ces rencontres, réservées aux connaisseurs plutôt qu’au grand public, ont remplacé les marchés de poterie, qui attiraient 20 000 visiteurs en deux jours, soit 30 fois la population locale ! « Les habitants prêtaient leur douche, un bout de terrain, explique Josiane Lafay, présidente de l’association des Amis de la poterie. Cliousclat était victime de son succès ! Or, nous voulons le préserver, qu’il garde son côté pas trop léché, sa végétation trop abondante, ses coins mal restaurés. Ce village, on l’aime aussi pour ses imperfections. »






  Mentions légales   Contact     Administration        Suivre la vie du site    SPIP