Paroisse Saint Paul du Rhône
Paroisse Saint Paul du Rhône


Denier de l’Eglise

La vie matérielle des prêtres et salariés de notre diocèse nous concerne... ou pas ?


 

Durant ces deux dernières années, j’ai eu l’occasion de découvrir, à de multiples reprises, l’extraordinaire générosité qui vous anime, vous, catholiques drômois.

Prêtres, religieux, religieuses, laïcs, chacun à votre place et dans la mission qui vous est confiée, témoignez de la tendresse de Dieu et répondez aux besoins matériels et spirituels des hommes.

Vous êtes proches de cette Eglise que vous aimez, avec ses forces et ses faiblesses. Et pour que, dans la Drôme, notre Eglise puisse poursuivre sa mission de partager son trésor, qui s’appelle l’amour de Dieu et du prochain, elle a aussi besoin de votre soutien financier. Ainsi, seront assurés des moyens de vivre décents à ceux qui se consacrent au service de l’Evangile.

Les nouvelles formes de pastorale impliquent de nouveaux moyens

Ce n’est pas parce que nous avons moins de prêtres que nous avons moins de frais. Au contraire. Les nouvelles formes de la pastorale qui voient le jour dans notre monde d’aujourd’hui suscitent de nouveaux besoins : personnes, matériels, services, techniques, ceci impliquant de nouveaux moyens et, partant, de nouveaux coûts.

Directement ou indirectement, nos besoins sont plus importants aujourd’hui qu’il y a 10 ans :

- Le traitement d’un prêtre s’élève, pour le diocèse, à un montant de 1 200 € par mois, charges comprises.
- L’entretien d’un séminariste représente plus de 17 000 € par an.
- L’ensemble des laïcs qui sont au service de l’Eglise représente plus de 21% des charges du diocèse.
- La formation, les publications, le soutien aux Services sont directement à la charge du diocèse qui aide également RCF 26 et les Mouvements.

Cette mission ne peut exister sans moyen, et -je le crois - sans vous !

Vous le savez, l’Eglise est au service de tous : ses sources de revenus ne sont pas nombreuses et elle ne perçoit aucune subvention de l’Etat. Les besoins pour assurer le fonctionnement des paroisses (charges de la vie courante des prêtres, frais de personnel, entretien, chauffage...) ne peuvent être couverts par leurs seules ressources courantes comme les quêtes, les offrandes ou les troncs.

Le revenu des prêtres est en baisse

Il me paraît ici opportun de vous faire partager une décision que le Conseil presbytéral s’est vu contraint de prendre au printemps dernier. Face au déficit conséquent de la Caisse des messes, les prêtres du diocèse ont proposé de modeler le chiffre de la péréquation des offrandes de messe, sachant que celle-ci représente un tiers de leur revenu. Concrètement, alors qu’ils percevaient à ce titre 252 € par mois, depuis le 1er janvier 2004, chaque prêtre participant à cette péréquation reçoit 42 € de moins, soit 210 €.

En réalité, la seule vraie ressource de l’Eglise, c’est chacun d’entre vous et sa générosité.

Combien d’euros pouvez-vous nous offrir ? Combien de « journée de travail » (au SMIC, sur la base des 35 heures, une journée de travail équivaut à 50 € environ) ? Le Denier de l’Eglise est avant tout une affaire de cœur, de conscience. A titre indicatif, vous pouvez donner la valeur d’une journée de travail ou 2% de vos revenus annuels (ou plus si vous le pouvez).

« Donner, c’est aimer. Aimer, c’est partager » : L’Eglise essaye de le vivre depuis plus de 2 000 ans. Merci de lui donner les moyens d’accomplir sa mission dans le monde d’aujourd’hui. Telle est mon espérance ! Encore merci.

Mgr Jean-Christophe LAGLEIZE
Evêque de Valence

A quoi sert votre don ?

Petit cours de Mathématiques

Donner plus sans dépenser plus ? Mathématiquement impossible...
Et bien, détrompez-vous : les conditions de déductions ayant changé, cela est désormais à votre portée.

Si vous êtes imposables, vous pouvez désormais bénéficier d’une réduction de vos impôts égale à 60% de votre dons (au lieu de 50% auparavant), ceci dans la limite de 20% de votre revenu imposable (au lieu de 10%).

Et comme une bonne nouvelle ne vient jamais seule, afin de favoriser les dons importants dépassant le plafond des 20 %, cette réduction peut de plus être étalée sur 5 ans.

Un reçu fiscal vous sera adressé pour bénéficier de ces réductions.

Donc, après un bref calcul, avec ces nouvelles conditions, vous pouvez donner 25 % de plus au Denier de l’Eglise sans dépense réelle supplémentaire, si ce n’est, bien sûr, l’avance de trésorerie.

Par exemple, si vous donniez 200 €, les anciennes conditions de déduction discale vous permettraient de déduire 100 € (50 %). Il ne vous en coûtait donc réellement que 100 €.
Aujourd’hui, si vous donner 250 € (soit 25 % de plus qu’avant), les nouvelles conditions de déduction fiscale vous permettent de déduire 150 € (60 %). Il ne vous en coûte donc toujours que 100 €.

Cette petite leçon de mathématiques vous montre ainsi que donner plus sans dépenser plus est maintenant possible. Merci de votre compréhension et de votre générosité !

Exemples de dons possibles sans que cela ne vous coûte plus cher :

100 € = 125 €
200 € = 250 €
300 € = 375 €
500 € = 625 €






  Mentions légales   Contact     Administration        Suivre la vie du site    SPIP