Paroisse Saint Paul du Rhône
Paroisse Saint Paul du Rhône


La structure du Carême
 

Quel est l’origine du carême ?

A l’origine, il y avait avant Pâques un jeûne de 6 jours qui, dès le IV° siècle, a été fixé à 40 jours. Il y eut des variations dans la manière de calculer ces 40 jours. Le jeûne de 40 jours du carême s’est prolongé par le jeûne pascal de 6 jours (la semaine sainte), les deux jeûnes étant séparés par 2 jours festifs : le samedi (mémorial de la résurrection de Lazare) et le dimanche des Rameaux.

Le temps liturgique du carême s’est constitué d’une manière assez complexe au cours du IVème siècle à Jérusalem, Constantinople, Rome et Alexandrie. Il résulte d’éléments divers : la préparation des catéchumènes pour recevoir le baptême à Pâques et le temps de pénitence publique pour la réconciliation des pécheurs.

Vers le V°- VI° siècle, les 40 jours de carême ont commencé le sixième dimanche avant Pâques et sont terminés le jeudi saint, jour de réconciliation des pénitents, les dimanches faisant parti du carême.

Lorsque au Moyen-age, la généralisation du baptême des petits enfants a mis à l’arrière plan le catéchuménat et que la pénitence publique est tombée en désuétude, le carême est devenu essentiellement un temps de pénitence pour tous. Pendant le carême, il fallait se confesser et accomplir sa pénitence pour "faire ses Pâques".

Le carême temps de préparation au baptême : "l’appel décisif"

Actuellement, avec la multiplication des baptêmes d’adulte, la préparation du baptême avec le catéchuménat redevient un élément important du carême. Plusieurs étapes du catéchuménat ont lieu pendant le carême, mais la première étape "l’entrée en catéchuménat" se situe rarement pendant le carême.

La célébration de l’appel décisif, à la fois solennelle et émouvante, a lieu le premier dimanche de carême, de préférence à la cathédrale. Après l’appel nominal des catéchumènes, l’évêque interroge les parrains, il leur demande s’ils jugent que leur filleul est apte à recevoir le baptême et il demande à l’assemblé son accord. Après la liturgie de la parole, il demande aux catéchumènes s’ils désirent recevoir le baptême, les invite à inscrire leur nom sur le registre diocésain et il leur dit "Vous étés appelés"

Le carême temps de préparation au baptême : "les scrutins"

Au cours du carême, habituellement vers le 4ème dimanche de carême, les catéchumènes participent à une célébration de conversion et de purification ou ils se reconnaissent pécheurs et se disposent à recevoir le pardon de Dieu. On appelle cette célébration "scrutins" parce que les catéchumènes scrutent leur cœur. Ils peuvent aussi participer à une célébration d’illumination ou ils reçoivent le texte du Notre Père et celui du Je crois en Dieu.

Enfin, la célébration du baptême et de la confirmation a lieu le plus souvent à la veillée pascale.


Le carême temps de pénitence : le jeûne et l’abstinence

Lorsque le carême s’est constitué au IV° siècle, le jeûne était très rigoureux : un seul repas le soir dans viande, ni oeuf, ni laitage, ni vin. Il s’est progressivement adouci. Actuellement, depuis 1949, le jeûne est limité à deux jours, le mercredi des cendres et le vendredi saint. Si on prend un repas à midi, on ne prend qu’une légère collation le soir. Sont dispensés du jeûne, les personnes de plus de 60 ans, les jeunes de moins de 18 ans accomplis et les femmes enceintes.

L’abstinence (s’abstenir de viande) s’impose, en plus du mercredi des cendres et du vendredi saint, tous les vendredis de carême comme tous les vendredis de l’année. De plus le chrétien peut choisir de réduire sa consommation d’alcool, de tabac. Le pape Jean Paul II a proposé aussi un usage plus modéré de la télévision pendant le carême.

Le jeûne a pour but de donner soif et faim de Dieu et de sa parole. Il n’est pas seulement un geste de pénitence, mais aussi un geste de solidarité avec les pauvres et une invitation au partage et à l’aumône.

Le carême temps de partage

Plus que sur les observances alimentaires (jeûne et abstinence), l’Église insiste sur le partage. Chaque année pendant le carême, le CCFD (Comité Catholique contre la Faim et pour le Développement) appelle au partage au nom de l’Église de France. Il prépare des actions de carême bien ciblées pour favoriser le développement en soutenant des initiatives locales. Dans les paroisses, c’est le cinquième dimanche de carême que le CCFD propose une animation liturgique et organise une collecte de carême.

Le carême temps de partage : comment faire participer les enfants ?

Dans beaucoup de paroisses et de catéchismes, une action est proposée pour faire participer les enfants au partage. Les Kilomètres de soleil invitent les enfants à agir avec d’autres enfants pour découvrir et faire changer la situation des enfants qui sont dans le besoin dans le monde et autour d’eux. Les enfants s’engagent pour qu’il n’y ait plus d’enfants malheureux.

Le carême temps de prière et de réflexion

Le carême est un temps de renouveau spirituel par un engagement plus profond dans la prière et par une réflexion dans la foi. Chaque année des conférences de carême sont proposées par des paroisses. Les Conférences de carême de Notre Dame de Paris ont un grand retentissement. Elles ont pour but d’inviter à la réflexion sur des sujets fondamentaux ou des problèmes d’actualité. Elles ont lieu à la cathédrale N.D. de Paris à 16 h.30 chacun des six dimanches de carême. Elles sont retransmises par Radio France culture de 17 h.45 à 18 h.30 et rediffusé plus tard par Radio Notre Dame.

Elles ont été créés en 1834 par Mgr de Quelen archevêque de Paris. Certains prédicateurs ont beaucoup marqué :
- le père Lacordaire (1835, 1836),
- Mgr d’Hulst (1891-1896),
- le père Sanson (1925-1927),
- Mgr Chevrot (1941-1945),
- le père Riquet (1946-1955),
- le père Carré (1956, 1959-1966)...

Pour le carême 2003 le cardinal Poupard a fait le portrait de six témoins pour le 3ème millénaire.


Source : <a href=http://cybercure.cef.fr
target=_blank>http://cybercure.cef.fr





  Mentions légales   Contact     Administration        Suivre la vie du site    SPIP