Paroisse Saint Paul du Rhône
Paroisse Saint Paul du Rhône


Pâques et la résurrection du Christ
 

Que nous apporte la participation à la fête de Pâques ?

Sans doute la fête de Noël est plus populaire, mais c’est la fête de Pâques qui est la plus important pour le chrétien. Elle est la fête chrétienne la plus ancienne et la fête centrale de l’année liturgique. Elle célèbre la résurrection du Christ, sa victoire sur la mort qui est l’élément central de la foi chrétienne. En même temps elle nous fait participer à sa résurrection en célébrant notre passage de la mort à la vie. C’est la bonne nouvelle de la victoire de la vie. Pâques est une fête que l’on célèbre dans une joie communicative. "Ce jour que fit le Seigneur est un jour de joie, Alléluia".

Que nous dit l’Évangile sur la résurrection du Christ ?

L’évangile nous raconte que le dimanche matin qui a suivi la mort de Jésus, les disciples de Jésus (les apôtres et les saintes femmes) ont trouvé son tombeau vide et que Jésus leur est apparu à nombreuses reprises dans des circonstances diverses pendant 40 jours jusqu’a une dernière apparition ou ils l’ont vu monter au ciel.


Les récits évangéliques

Dans les différents évangiles, il y a plusieurs récits concernant la découverte du tombeau vide et les apparitions de Jésus : Marc 16 / 1 - 20, Matthieu 28 / 1 - 20, Luc 24 - 52.

Voici le texte de Jean 20 / 1 - 29

Le premier jour de la semaine, Marie de Magdala vient de bonne heure au tombeau, comme il faisait encore sombre, et elle aperçoit la pierre enlevée du tombeau. Elle court alors et vint trouver Simon-Pierre, ainsi que l’autre disciple, celui que Jésus aimait, et elle leur dit : " On a enlevé le Seigneur du tombeau et nous ne savons pas où on l’a mis. "

Pierre sortit donc, ainsi que l’autre disciple, et ils se rendirent au tombeau. Ils couraient tous les deux ensemble. L’autre disciple, plus rapide que Pierre, le devança à la course et arriva le premier au tombeau. Se penchant, il aperçoit les linges, gisant à terre ; pourtant il n’entra pas. Alors arrive aussi Simon-Pierre, qui le suivait ; il entra dans le tombeau ; et il voit les linges, gisant à terre, ainsi que le suaire qui avait recouvert sa tête ; non pas avec les linges, mais roulé à part dans un endroit. Alors entra aussi l’autre disciple, arrivé le premier au tombeau. Il vit et il crut. En effet, ils ne savaient pas encore que, d’après l’Écriture, il devait ressusciter d’entre les morts. Les disciples s’en retournèrent alors chez eux.

Marie se tenait près du tombeau, au-dehors, tout en pleurs. Or, tout en pleurant, elle se pencha vers l’intérieur du tombeau et elle voit deux anges, en vêtements blancs, assis là où avait reposé le corps de Jésus, l’un à la tête et l’autre aux pieds. Ceux-ci lui disent : " Femme, pourquoi pleures-tu ? " Elle leur dit : " Parce qu’on a enlevé mon Seigneur, et je ne sais pas où on l’a mis. " Ayant dit cela, elle se retourna, et elle voit Jésus qui se tenait là, mais elle ne savait pas que c’était Jésus. Jésus lui dit : " Femme, pourquoi pleures-tu ? Qui cherches-tu ? " Le prenant pour le jardinier, elle lui dit : " Seigneur, si c’est toi qui l’as emporté, dis-moi où tu l’as mis, et je l’enlèverai. " Jésus lui dit : " Marie ! " Se retournant, elle lui dit en hébreu : " Rabbouni ! " - ce qui veut dire : " Maître ". Jésus lui dit : " Ne me touche pas, car je ne suis pas encore monté vers le Père. Mais va trouver mes frères et dis-leur : je monte vers mon Père et votre Père, vers mon Dieu et votre Dieu. " Marie de Magdala vient annoncer aux disciples qu’elle a vu le Seigneur et qu’il lui a dit cela.
Le soir, ce même jour, le premier de la semaine, et les portes étant closes, là où se trouvaient les disciples, par peur des Juifs, Jésus vint et se tint au milieu et il leur dit : " Paix à vous ! " Ayant dit cela, il leur montra ses mains et son côté. Les disciples furent remplis de joie à la vue du Seigneur. Il leur dit alors, de nouveau : " Paix à vous ! Comme le Père m’a envoyé, moi aussi je vous envoie. " Ayant dit cela, il souffla sur eux et leur dit : " Recevez l’Esprit Saint. Ceux à qui vous remettrez les péchés, ils leur seront remis ; ceux à qui vous les retiendrez, ils leur seront retenus. "

Or Thomas, l’un des Douze, appelé Didyme, n’était pas avec eux, lorsque vint Jésus. Les autres disciples lui dirent donc : " Nous avons vu le Seigneur ! " Mais il leur dit : " Si je ne vois pas dans ses mains la marque des clous, si je ne mets pas mon doigt dans la marque des clous, et si je ne mets pas ma main dans son côté, je ne croirai pas. " Huit jours après, ses disciples étaient de nouveau à l’intérieur et Thomas avec eux. Jésus vient, les portes étant closes, et il se tint au milieu et dit : " Paix à vous. " Puis il dit à Thomas : " Porte ton doigt ici : voici mes mains ; avance ta main et mets-la dans mon côté, et ne deviens pas incrédule, mais croyant. " Thomas lui répondit : " Mon Seigneur et mon Dieu ! " Jésus lui dit : " Parce que tu me vois, tu crois. Heureux ceux qui n’ont pas vu et qui ont cru. "


Comment la résurrection du Christ est-elle représentée dans les icônes et les fresques byzantines ?

Les représentations byzantines montrent la résurrection du Christ comme la sortie des enfers qui est le monde de la mort. Les grecs l’appellent "l’anastasis". Le Christ debout, éclatant de lumière, est entouré souvent d’une mandorle symbole de la gloire divine. Il foule a ses pieds les portes brisées des enfers au dessus d’un abîme noir. Il attire à lui d’une main Adam et de l’autre main, quand il ne tient pas une croix, il entraîne Ève. Tous les deux émergent de leur cercueil. Derrière Adam et Ève, on voit d’autres personnages que le Christ libère aussi des enfers, en particulier David et Salomon, parfois Jean Baptiste.

Comment la résurrection du Christ est-elle représentée dans la peinture occidentale depuis la renaissance ?

Les peintres occidentaux ne montrent pas la résurrection du Christ comme la sortie des enfers, mais comme la sortie du tombeau. Ils ne montrent pas non plus, comme le font les byzantins, les fruits rédempteurs de la résurrection.

Au XIV° et XV° siècle, Jésus est représenté debout dans le tombeau ou déjà à coté du tombeau. Celui-ci est un sarcophage et non un tombeau dans lequel on peut entrer comme le dit l’Évangile. Jésus est couvert d’un vêtement rouge et porte un étendard décoré d’une croix rouge. Les gardiens sont endormis près du sarcophage et l’on voit souvent un ange en robe blanche qui montre le linceul.

Au XVI° siècle, on voit Jésus qui s’élève dans la gloire au dessus du tombeau. Il est peu habillé et entouré d’anges qui volent autour de lui.


Source : http://cybercure.cef.fr





  Mentions légales   Contact     Administration        Suivre la vie du site    SPIP