Paroisse Saint Paul du Rhône
Paroisse Saint Paul du Rhône


Un moment exceptionnel
 

Nous avons vécu un moment exceptionnel en Eglise mercredi 13 mars au soir. Le Seigneur a donné un nouveau pape à son Eglise : François. « Frères et soeurs, bonsoir ! Rien de plus simple que les premiers mots du nouvel évêque de Rome que ses frères cardinaux sont allés chercher, a-t-il ajouté aussitôt, « au bout du monde ».
Philippe Oswald, journaliste commente ainsi les premiers mots et les premiers gestes de Benoît XVI : « Et d’inviter aussitôt la foule des fidèles à prier avec lui pour son prédécesseur, « notre évêque émérite Benoît XVI » (le « grand-père » en somme !), avec les deux prières les plus familières à tous les catholiques du monde entier : le Notre Père, l’Ave Maria... La prière d’un père de famille avec les siens. Un père qui est aussi un frère mendiant la prière de tous les siens, et qui s’incline devant la foule, obtenant aussitôt un silence impressionnant. (…) Un homme simple, direct, dépouillé de tout « ego ». Un homme se voulant totalement donné, au Christ d’abord, à ses frères et soeurs ensuite, comme l’indique son choix sans précédent de se nommer François.
Le jésuite Jorge Mario Bergoglio a donc pris pour saint patron le fondateur des franciscains. Le symbole est évident : le« Poverello » a réformé l’Eglise en se dépouillant de toutes ses richesses jusqu’au don total de sa personne pour s’identifier à la personne du Christ dont il reçut les stigmates. L’abandon total à Dieu, voilà comment le pape François veut réformer l’Eglise, voilà le programme du prochain pontificat. »

Pour terminer, je laisse la parole à notre nouveau pape, qui, dans sa première homélie devant les cardinaux, nous a donné des paroles
de feu et de foi : « Quand nous marchons sans la croix, quand nous édifions sans la croix et quand nous confessons un Christ
sans croix, nous ne sommes pas des disciples du Seigneur
 : nous sommes des personnes du monde, nous sommes des évêques, des
prêtres, des cardinaux, des papes, mais pas des disciples du Seigneur. Je voudrais que tous, après ces jours de grâce, nous ayons le
courage, vraiment le courage, de cheminer en présence du Seigneur, avec la croix du Seigneur ; d’édifier l’Église sur le sang
du Seigneur, qui est versé sur la croix ; et de confesser l’unique gloire : le Christ crucifié. Et ainsi l’Eglise ira de l’avant.

Je souhaite que le Saint-Esprit, par la prière de la Vierge, notre Mère, nous accorde à tous cette grâce : cheminer, édifier, confesser
Jésus-Christ crucifié ». Merci Seigneur pour notre nouveau pape !

Père Benoît Pouzin






  Mentions légales   Contact     Administration        Suivre la vie du site    SPIP